Élément Perturbateur

Le blog de Rhany Slimane
Démocratie Europeennes Montpellier Municipales Non classé

De la démocratie participative à Montpellier

Le terme démocratie participative est un pléonasme qui montre bien l’urgence démocratique dans laquelle nous sommes. Une démocratie où la participation des citoyens n’est pas centrale est une démocratie inachevée. C’est pour cela que j’appelle de mes vœux à un approfondissement de cette dernière.

Néanmoins, il faut se méfier de ceux qui utilisent ce terme à des fins politiques.
Notamment ceux qui usent des réunions de concertation qui sont le degré zéro sur l’échelle de la participation de la sociologue Sherry Arnstein qui fait autorité sur cette question.
C’est d’ailleurs autour de ce genre de pratique que nous retrouvons les disciples de la fréchie qui ont tous déclarés leur candidature avec des propositions sur le sujet aussi creuses que leur pratique de la démocratie.

Conseil de quartier, budget participatif etc… Sont des très bons outils certes, mais sans accompagnement volontaire, ces propositions se transforment en machine à exclure le peuple, au profit d’une partie de la population qui dispose d’un important capital temporel, économique et culturel, trustant de facto ces dispositifs.
Et bien évidemment cette petite caste appartenant souvent à la clientèle de ces mêmes professionnels de la politique, étouffe l’élan démocratique de ces initiatives.

Pour remédier à ce déficit démocratique au sein de notre Cité, il faut une rupture politique et de personne avec la fréchie.
Et cela passe par des processus d’approfondissement de la démocratie locale comme le RIC dont le maire de Montpellier et ses concurrents sont des opposants acharnés et pour cause. Est-ce qu’une élue condamnée pour prise illégale d’intérêt dans l’exercice de sa fonction d’élue, comme c’est le cas pour la fille spirituelle du maire, Stephanie Janin, aurait pu rester à ce niveau de pouvoir dans l’exécutif de la ville et de la métropole si nous pouvions, nous les citoyens, décider de nous séparer d’elle en cours de mandat ?

Il est clair que dans l’esprit de beaucoup de citoyens le jeu politique est un jeu de dupe, et dans les conditions actuelles, difficile de leur donner tort…

Si nous ne bonifions pas nos règles de gouvernance, des irruptions légitimes comme celles des gilets jaunes vont se multiplier et il est préférable, pour tous, qu’il y est un débouché politique à ses aspirations pour redonner du pouvoir au plus grand nombre et non à quelques notables.

L’approfondissement de la question démocratique locale sera majeure lors des prochaines élections, et vu la pratique (car ils ont tous été au pouvoir) des candidats auto déclarés, il y a vraiment urgence à les bouter électoralement. Car pour le coup, sur la question démocratique, c’est vraiment “bonnet blanc et blanc bonnet”.

Ainsi une initiative municipaliste et populaire comme le propose le collectif #NousSommes me semble être la seule alternative crédible au pouvoir en place actuellement dans le cube bleu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *